Haut

Poser 1 question

Mitoyenneté

La mitoyenneté est une forme de copropriété source de nombreux conflits de voisinage, d'autant qu'il n'est pas toujours aisé de déterminer le caractère mitoyen d'une séparation.

Mitoyenneté, définition, principe et conditions

Définition de la mitoyenneté

La mitoyenneté est un droit de propriété sur un mur, une clôture, une haie, un fossé, édifiés sur la limite séparative, qui appartiennent en commun à deux voisins, dont les terrains sont contigus.

Trouver un avocat pour vos démarches

Principe général : la présomption de mitoyenneté

Par principe, toute séparation édifiée en limite séparative de 2 propriétés privées est présumée mitoyenne, à défaut de preuve contraire.

Tout sur le voisinage et la mitoyenneté Finemedia

Conditions de la mitoyenneté

Pour qu'une séparation soit considérée comme mitoyenne, les terrains contigus doivent répondre à certains critères. Voici un tableau récapitulatif :

Mitoyenneté Non-Mitoyenneté*
Bâtiment (même largeur et hauteur) Bâtiment Cour Bois
Cour Cour Cour Champ
Jardin Jardin Jardin Bois
Jardin Cour Jardin Champ
Champ Champ Terrain clos Terrain non clos
Terrain clos Terrain clos Terrain construit Champ

* Dans ces cas, le caractère privatif de la séparation est accordé au terrain de la colonne de gauche.

De plus, la mitoyenneté peut être prouvée par :

  • un acte sous seing privé signé par 2 voisins qui conviennent ensemble de la construction d'une clôture entre leurs 2 propriétés,
  • un acte notarié accompagnant l'acte de vente : en cas de conflit, c'est le titre de propriété qui l'emporte,
  • la prescription trentenaire : si un voisin peut prouver qu'il a entretenu la séparation pendant 30 ans comme si elle était mitoyenne, la prescription permet d'acquérir la mitoyenneté.

Consulter un avocat dans votre région

L'acquisition de la mitoyenneté est un droit absolu

Si votre voisin a construit un mur privatif, la loi vous autorise à en acquérir la mitoyenneté :

  • Vous devez alors lui rembourser la moitié de la dépense de construction et la moitié de la valeur du sol sur lequel le mur est bâti.
  • C'est un droit absolu, auquel le voisin ne peut s'opposer.
  • Cette vente porte le nom de « cession forcée ».

Important : le voisin ne peut vous imposer la mitoyenneté de la séparation qu'il a édifiée auparavant. Par contre, il est possible de renoncer à la mitoyenneté, avec un acte notarié.

Murs mitoyens

Comment savoir si un mur est mitoyen ou privatif ?

Mur mitoyen Mur privatif
  • Le sommet du mur présente 2 plans inclinés pour l'écoulement des eaux en direction de chacune des propriétés.
  • Le mur sert de séparation entre 2 bâtiments semblables (même hauteur, même largeur).
  • Le sommet du mur présente un seul plan incliné : le mur appartient alors à la propriété vers laquelle penche l'inclinaison.
  • Si les 2 bâtiments sont de hauteur ou de largeur différente, le mur est mitoyen jusqu'à la ligne où s'arrête le bâtiment le moins élevé ou le moins large. Le haut du mur appartient au propriétaire du bâtiment le plus élevé.
  • Le mur est édifié en retrait de la limite séparative.
  • Le mur porte des marques (tuiles, corniches) qui dépassent d'un seul côté.
  • Un mur de soutènement est obligatoirement privatif, car il n'a pas vocation de séparation.

Usage et entretien d'un mur mitoyen

  • Usage :
    • Chaque propriétaire peut utiliser le mur, à condition de ne pas nuire aux droits de son voisin.
    • Il est interdit de :
      • faire des aménagements qui compromettraient sa solidité,
      • ouvrir une fenêtre sur ce mur,
      • adosser une construction à ce mur sans le consentement du voisin.
    • Par contre, chaque propriétaire est autorisé à :
      • réaliser des travaux d'exhaussement à sa charge,
      • planter des arbres ou végétaux, à condition qu'ils ne dépassent pas la hauteur du mur,
      • ériger des treillages, palissades.
  • Entretien :
    • L'entretien et la réparation du mur mitoyen incombent aux 2 propriétaires.
    • Si des travaux de reconstruction sont nécessaires, les dépenses sont partagées entre les deux, sauf si les dégâts ne sont dus qu'à un seul propriétaire.

Bon à savoir : dans la pratique, chaque propriétaire entretient souvent la partie du mur mitoyen, située du côté de sa propriété.

Clôtures, haies et fossés mitoyens

Outre les murs, les séparations entre propriétés contigües peuvent également être une haie, un talus ou une palissade.

Toutefois, il n'est pas possible d'en acquérir la mitoyenneté, comme pour un mur.

Clôtures et haies mitoyennes

Chaque propriétaire d'une haie mitoyenne dispose de 3 prérogatives :

  • le droit de profiter des fruits et produits des haies et arbres mitoyens,
  • le droit d'arracher les arbres,
  • le droit de détruire la haie mitoyenne.

Les propriétaires sont tenus d'entretenir la clôture ou la haie mitoyenne. Pour se libérer de cette obligation, l'un des propriétaires peut renoncer à la mitoyenneté.

À savoir : il n'est pas possible de considérer un grillage comme mitoyen.

Fossés mitoyens

L'entretien du fossé mitoyen incombe aux 2 propriétaires. Chacun a la faculté de renoncer à la mitoyenneté, sauf si le fossé sert à l'écoulement des eaux.

Lorsqu'il y a un rejet de terre du fossé d'un seul côté, le fossé est réputé appartenir au propriétaire du terrain où se trouve le rejet. Il n'est donc pas mitoyen.

Si un propriétaire peut prouver qu'il entretient régulièrement le fossé pendant 30 ans, il peut prétendre à son acquisition.

Chemin d'exploitation : un cas particulier de mitoyenneté

Définition

Les chemins (ou sentiers) d'exploitation sont définis par le code rural ; ils se situent donc uniquement dans des espaces ruraux.

Le chemin d'exploitation est une voie privée qui sert exclusivement à la communication entre différentes propriétés. Le chemin d'exploitation se termine généralement en cul-de-sac.

Trouver un avocat : demande de devis gratuite

Entretien

Le chemin d'exploitation appartient à l'ensemble des propriétaires riverains. Son entretien est donc à la charge de l'ensemble des propriétaires dont les terrains sont desservis par cette voie, et pas seulement aux utilisateurs.

Si les propriétaires ne souhaitent pas que le chemin d'exploitation soit utilisé par le public, ils doivent apposer à l'entrée du chemin un panneau interdisant son accès à tous véhicules, sauf riverains.

Attention : ne pas confondre chemin d'exploitation et droit de passage.

Cette page vous a intéressé ?

Envoyer à un ami
Télécharger & imprimer le guide

Pour aller plus loin ...

 

Réaction de duong |  19/03/2013

 

0

 

j'ai monté un mur privative ( il est limité de mon terrain et à ma charge.
est ce qu'il est le droit de profiter mon mur pour faire sa cabane ?

 

Réaction de hubclo |  06/05/2013

 

0

 

Ma limite de' propriété se trouve être un fossé mitoyen dans le quel s'écoule les eaux pluviales d'une route départementale ainsi que les eaux de toitures des habitations voisines.
Depuis toujours l'eau passait sans difficulté, mais depuis 2ans mon voisin (lui aussi propriétaire de la mitoyenneté du fossé ) a planté une haie en limite de propriété (sans me consulter) . Les problèmes sont alors apparus ( frein à l'écoulement naturel d'où débordement sur ma propriété et, plainte de la Commune);
Je suis prêt à nettoyer ma partie de fossé mais je ne peux pas toucher la haie de mon voisin.
Existe t'il un texte de loi qui interdit la plantation d'un haie sur le fond d'un fossé ? ou doit-on considérer que c'est une évidence mais comment convaincre ce voisin de la nécessité de faire disparaitre cette plantation?

 

Réaction de epicurien747 |  20/06/2013

 

0

 

Le mur de séparation n'est pas mitoyen , il m'appartient , le voisin est locataire de la maison qu'il occupe , il a décidé sans rien dire a personne d acoller un pigeonnier , en plus mes aubépines dépassant de mon mur me demande de les couper , car ça craint pour ses pigeons ?? A t il le droit de faire son pigeonnier collé a mon mur ?

 

Réaction de Hermat |  26/08/2013

 

0

 

Est-ce qu'un mur d'habitation peut être considéré comme mur mitoyen? A -'on le droit d'y ancrer une toiture pour un appentis?

 

Réaction de cocododu |  02/04/2014

 

0

 

Bonjour, je vais acheter une maison prochainement et mon nouveau voisin souhaite remplacer le grillage mitoyen avec nous dès que nous emménagerons sauf que le grillage et très abîmé et on estime que ce n'est pas a nous de le changer en sachant que l'on va seulement arriver. Que pouvons nous faire?

 

Poser une question

Contributeurs Experts

Plus d'experts

rémy poussineau - propriétés-privées

Membre Pro

Expert

Conseiller indépendant en immobilier

aie mac

Expert

synergie-batiment

Membre Pro

Expert

Conseil en Ingénierie et Expertise de la construction

Téléchargements

Le guide du voisinage
Le guide du voisinage

Guide, question-réponses, astuces
130 pages - 2014 - pdf

 Télécharger e-Bibliotheque : 5100 documents Gratuit

Retrouver ComprendreChoisir sur :

Mitoyenneté : tout savoir sur les principes de la mitoyenneté
© 2007-2014, Fine Media | Qui sommes-nous ? | Contact | CGU | Charte de modération | Plan du site | Devenez rédacteur
Professionnel, soyez présent gratuitement sur notre site | Recevoir des demandes de devis, contacts qualifiés | Publicité & partenariats | Agence RP, eRéputation

Enquête "Vos finances & vous"

Participez à notre enquête en répondant à quelques questions sur la gestion de vos finances et de votre partimoine. Cela nous permettra de mieux répondre à vos attentes.

Je participe Non Merci

Merci d'avance de votre participation !

L'équipe ComprendreChoisir.